samedi 15 septembre 2012

QUI PEUT CROIRE QUE DES PETROMONARQUES VEULENT DE DEMOCRATIE DANS LES REPUBLIQUES EN REVOLTE ?

Article paru dans :  
Kapitalis (1 ére partie), Kapitalis (2 éme partie)

Photo : ‎المجاهدون ,,أحمرة كما تراها الرسوم الأمريكية ,,‎
L’agitation introduite avec violence et rapidité par Ghannouchi dans la société tunisienne depuis son retour de son exil londonien en janvier 2011, et qui s’est soldée par l’installation au pouvoir de son parti Ennahdha, a son origine dans une guerre d’influence géopolitique entre deux tendances diamétralement opposées de l’islam : sunnisme et chiisme.
Ces deux courants de l’Islam se distinguent par les sources utilisées pour écrire le droit musulman :

Pour les Sunnites, la doctrine s’appuie sur 4 sources :
-  le Coran, puis pour les cas non directement évoqués dans le Coran, ils utilisent
-  la « sunna » qui est la conduite du prophète dont les actes ont valeur de loi. D’où leur appellation de « sunnites ». La « sunna » étant elle-même l’ensemble des « hadiths » du prophète (somme de ses commentaires) + « es’sira » du prophète (ses faits et gestes). Puis
-  le consensus des jurisconsultes musulmans « Al ijma’â ». Puis finalement
- la déduction juridique « Qiyas » du jurisconsulte, à condition qu’elle ne contredise pas les 3 références précédentes.

Il existe d’autres sources de références selon les écoles sunnites ou « madhhab » (obédience). Les 4 principales écoles étant le malékisme, le hanafisme, le chafiisme, et le hanbalisme dont une manifestation récente est le wahhabisme.

Pour les « chi’ites », le pouvoir spirituel doit revenir à la famille du prophète Mouhammad. Après l’assassinat de ses petits fils El Hassan et El Hussein, ce pouvoir spirituel serait transmis par Dieu à des Ayatollah (aya = preuve, dont le nom se traduit par « preuve de Dieu sur terre »), ce qui leur donne un pouvoir d’essence divine.

Ayant rappelé cela, il est clair que « Ayatollahs et fatwas » ne sont que de pures créations humaines, ce qui choque profondément les sunnites qu’on puisse leur accorder une essence divine pour sacraliser le guide spirituel des chiites mais aussi la chariâa (sommes des fatwas faisant office de jurisprudences) sous prétexte qu’elle est le prolongement de la parole d’Allah, puisqu’elle explicite le Coran selon les salafistes.

Ces deux tendances se considèrent mutuellement comme « impies » par leur idéologie fondatrice même. D’où les guerres qu’elles se font depuis toujours au nom d’Allah et qui ne sont, de toute évidence, que des guerres humaines pour le pouvoir.

L’aire d’influence de ces deux tendances religieuses se traduit géographiquement depuis quelques siècles par la répartition suivante :
-  Les sunnites : au Moyen Orient, en Afrique de l’Est et en Afrique du nord jusqu’en Espagne.
-  Les chi’ites : en Iran, une partie de l’actuel Irak et un peu tout autour (Bahreïn, Syrie, Liban…).

Les chefs de file de ces deux tendances de l’islam se distinguent par la richesse de leur pays en hydrocarbures et des pétrodollars qu’ils engrangent : l’Arabie Saoudite et l’Iran.

Grâce à cette manne, ces deux pays n’ont eu de cesse d’étendre leur hégémonie sur les pays musulmans qu’ils tentent d’« acheter » par toutes sortes d’aide, dont l’aide financière, pour convertir leur peuple à leur Islam…. Ce que tentait de faire encore récemment l’Iran avec la Mauritanie dans l’idée d’encercler les actuelles zones sunnites pour mieux les pénétrer et étendre leur chiisme ! 
Fichier:Islam by country.png

Carte des pays dont la communauté musulmane représente plus de 10 % de la population. 
En vert, les pays à majorité sunnite
en rouge, ceux à majorité chiite, et en bleu, ceux à majorité ibadiste.

Si la doctrine du chiisme n’a guère évolué depuis des siècles, celle du sunnisme a connu un bouleversement au milieu du 19 éme siècle en la personne de l’imam Mohamed Ibn Abdel Waheb qui va durcir le salafisme, en le rigidifiant par une lecture encore plus stricte et « textuelle » du Coran, de la sunna, mais aussi de la chariâa établie par les 4 premiers califes « Al rachidoun » (les sages), considérée comme le prolongement de la parole d’Allah et donc immuable comme le Coran. L'intention de cet Imam était de ramener l'islam à sa pureté d'origine. Ses fidèles rejettent toute tradition extérieure au Coran et à la sunna qu'ils jugent "bid'âa" (innovation); et refusent le culte des saints. D’ailleurs la plupart des musulmans se désolidarisent de ce mouvement qu'ils considèrent comme sectaire et extrémiste.

Il va codifier tout du comportement que doit avoir un musulman au quotidien, en multipliant les interdits "Haram" (illicites) ! (Conduite, tenues vestimentaires burqa, niqab, barbes pour les hommes au henné pour reprendre le critère de beauté masculine répandu à la Mecque et adopté par le prophète Mouhammad lui même … jusqu’à s’immiscer dans les rapports intimes du couple pour lui dicter sa conduite).

Il fera un pacte avec le chef de la tribu guerrière des Ibn Saoud : il soutiendra le pouvoir temporel du chef des Ibn Saoud en contre partie, il disposera du pouvoir spirituel du royaume. Il décrétera que toute atteinte ou contestation de la famille Ibn Saoud est assimilable à la « fitna » (zizanie) ! Et donc sacrilège. Et comme tel, punissable de la peine de mort; assurant à cette monarchie l'intouchabilité et la stabilité.
Ce qui fut convenu et que la famille royale perpétue encore en propageant le wahhabisme par tous les moyens, TV comprises ; et en le finançant.

En somme cet imam et le chef de la tribu Ibn Saoud se sont autoproclamés gardiens de la foi des musulmans : l’un en tant que chef spirituel et l’autre en tant que chef temporel ; et les deux, gardiens incontestables, de leur foi ! D’où leur désir d’étendre leur pouvoir à toute la Oumma musulmane.
D'ailleurs très vite le roi Ibn Saoud va cumuler les deux pouvoirs et devenir un monarque absolu !



Dés sa naissance le wahhabisme a été combattu par le calife ottoman, y voyant un système politico-religieux dangereux pour lui et pour son empire. Les anglais l'utiliseront pour détruire l'empire ottoman et s'en serviront pour coloniser les territoires "libérés" de l'emprise ottomane !

La guerre en Afghanistan va donner l’occasion au salafisme wahhabite de se propager dans la région grâce à "Al Qa'ida" (La Base). Il faut rappeler que Ben Laden, l’ancien chef d’Al Qa’ida, était saoudien et de culture wahhabite. De retour chez eux, beaucoup de combattants originaires entre autre d’Afrique du Nord, venus aider leurs « frères » afghans, vont importer le salafisme dont ils se sont imprégnés là-bas, aussi bien en Algérie qu’en Tunisie.
Le salafisme se propagera plus facilement dans les pays déstabilisés ou en guerre, comme le Pakistan, l'Afghanistan, le Soudan, la Somalie, les pays du Balkans jusqu’en Tchétchénie … financé toujours par les pays du Golfe et d’Arabie.
Mais aussi en Europe dans les quartiers dits "difficiles" parmi les populations "délaissées" et plus particulièrement parmi des jeunes en perte de repère, contents de "recouvrer", pensent-ils, leur identité "arabo musulmane" qu'ils veulent affirmer face à un pouvoir qui semble les ignorer .... dans un salafisme complètement étranger au rite de leurs parents, mais seule "disponible" sur le terrain grâce à un prosélytisme agressif et au financement de l'Arabie et autres pays du Golfe comme le Qatar. Et depuis l’étranger, ils n’ont cessé de faire du prosélytisme au salafisme wahhabite parmi les leurs restés dans leur pays d’origine (Tunisie, Algérie, Maroc …).

La guerre en Irak va donner l’occasion au « chiisme » de se propager au Moyen Orient aussi au Liban qu'en Palestine (Hisb’Allah….). Et avec « le printemps arabe », l’Iran tente d’étendre son hégémonie sur les pays « arabes » en révolte en y diffusant son chiisme profitant de la déstabilisation de leurs peuples.

Après la chute du mur de Berlin, signant l’échec du communisme et de son totalitarisme, les Ibn Saoud pour respecter le deal qui les lie à la tribu des Ibn Abdelwahhab, tenteront de « promouvoir » leur wahhabisme parmi ces peuples libérés du joug du communisme dont certains, ont tout « oublié » de leur soufisme traditionnel connu pour sa tolérance et son ouverture, mais qui par manque d’ « éducation religieuse », vont adopter la forme la plus rétrograde et la plus intolérante de l’islam qu’est le wahhabisme ... encouragés par la manne financière des Ibn Saoud !

Sous Bourguiba puis sous Ben Ali, un mouvement d’opposition religieux s’est installé petit à petit en Tunisie. Il se radicalisera suite aux répressions dues aux deux présidents. Mais très vite ses hommes seront récupérés par les pétro monarques et plus particulièrement par l'émir du Qatar.

Certains des fondateurs de ces partis religieux partiront en exil en Angleterre, en Arabie ou au Qatar.
Il sont financés et soutenus par les pétro monarques du Golfe et d’Arabie qui ont misé sur les extrémistes terroristes pour propager leur wahhabisme, excellent outil politico religieux de domination des peuples   ! 
Après la révolution des jeunes tunisiens du 14 janvier 2011, ils sont rentrés en masse avec à leur tête le fondateur de leur mouvement Ghannouchi. Opportunistes, ils se sont emparés de la révolution tunisienne à laquelle ils n’ont pas participée et qui, nous le savons, n’a jamais été « religieuse », pour tenter de remodeler la société tunisienne et la conformer au modèle sociétal de leurs généreux donateurs : le Qatar et l’Arabie.
Profitant du vide "religieux" dans l'éducation des génération Ben Ali, qui n'ont aucun outil pédagogique pour distinguer entre le malékisme de leurs ancêtres et le wahhabisme importé par le "frère musulman nahdhaoui" Ghannouchi !

Qui peut croire encore au double langage des hommes politiques ?

La révolution tunisienne sera l’initiatrice des mouvements d’indignation qui se sont multipliées parmi la jeunesse de nombreux pays aussi bien dans le monde dit « arabe », qu’en Occident.
Tous ces jeunes « indignés » rejettent le double langage des hommes politiques et aspirent à de nouvelles pratiques politiques transparentes et morales.
Les chefs d’états les ont-ils compris ? Les chefs des partis du « printemps arabe » les ont-ils compris eux aussi ? Je crains que non !

Autrement qui peut admettre que des pétro monarques veuillent se mêler de révoltes du monde dit arabe sous prétexte d’aider à l’instauration d’un régime démocratique dans ces républiques ?
Qui peut croire que des pétro monarques veuillent la démocratie pour les républiques, eux dont les peuples sont toujours soumis au totalitarisme d’une dictature de type religieux ?

Une fois de plus il est curieux et étonnant de la part des pétro monarques qatari et saoudien de vouloir se mêler de problèmes des républiques ... assurant œuvrer pour y instaurer la démocratie !

Quelle plaisanterie de la part de monarque au pouvoir absolu !

C'est ce que l'émir du Qatar vient de faire en « convoquant » chez lui toute l'opposition syrienne,
l’obligeant à s'organiser ...
A se demander de quel pouvoir dispose cet émir pour arriver à ce à quoi d’autres ne sont pas parvenus. Disposerait-il du meilleur service diplomatique du monde ou a-t-il « acheté » les opposants syriens comme il a « acheté » ceux des autres républiques en révolte : Tunisie, Libye, Egypte…., laissant le soin à son frère ennemi Saoudien de s’occuper de ses voisins immédiats : Bahreïn, Yémen …. pour s’assurer une meilleure main mise sur les révoltes du printemps arabe et orienter la politique à venir de ces pays ? En un mot pour avorter ces révolutions ! Ce que les tunisiens découvrent de jour en jour !

Autrement qui peut croire un seul instant à une telle supercherie de la part de monarchies totalitaires dont celle du Qatar ne dispose toujours pas de constitution !!

Le double langage des Américains et des Européens, détonne par rapport aux aspirations de leur jeunesse qui s’indigne de tant d'hypocrisie quand leurs dirigeants assurent vouloir la démocratie dans les pays en révolte mais soutiennent dans le même temps des pétro monarques rétrogrades et obscurantistes, qui veulent se mêler de ce qui ne les regarde pas sous prétexte d’aider à l’instauration de la démocratie dans les pays en question…
Qui peut croire que les chancelleries américaines et celles des pays démocratiques en général, ignorent le wahhabisme et son obscurantisme dangereux ; comme elles ignoreraient les intentions hégémoniques des pays exportateurs de cette doctrine ?
Il faut être naïf pour ne pas comprendre que l’intérêt premier des pétro monarques est d’avorter toute velléité de révolution trop dangereuse pour leur trône !
Comme il faut être naïf de croire que des extrémistes terroristes puissent devenir des islamistes modérés. Ce qu’étaient Ghannouchi, Ben Salem, Jebali… dans les années 80, dont Ghannouchi garde un souvenir ému quand il excuse la violence des jeunes salafistes qui terrorisent quotidiennement les tunisiens parce qu’ils lui rappellent son propre terrorisme, dit-il narquois.

Que dire de la realpolitik, qui consiste à fermer les yeux sur les exactions de ses « amis » auxquels vous lient des contrats commerciaux juteux, sinon qu’elle doit avoir pour limite, la morale ; que tous les « indignés » appellent de leur vœu !

Quant aux chefs des partis religieux qui, opportunistes, ont récupéré les révolutions arabes parce que soutenus par des pétro monarques, leur double langage ne trompe plus personne.
Car tous ces islamistes se prétendent modérés pour se distinguer de ceux qu’ils nomment faussement les salafistes, et qui ne sont que leur base armée, pour créer la confusion dans l’esprit des gens; alors que ce qui fonde tous les partis islamistes c’est justement le salafisme wahhabi !

Et comment peut-on croire à la modération d’Ennahdha qui se propose d'assassiner un opposant après avoir terrorisé d’autres comme le Pr Jawhar Ben M’barek qu’ils ont failli égorger, et qui passe à l’acte en perpétrant le premier assassinat politique depuis le 14 janvier 2011 sur la personne de Lotfi Nagdh du parti Nida Tounes ! ?

Le plus révoltant, c’est que les pays occidentaux font semblant de croire à cette prétendue modération des partis islamistes au pouvoir … reproduisant leur aveuglement face aux dictatures « dégagées » et à venir ! Quelle hypocrisie !
Les événements tragiques récents vont rappeler à l’ordre américains et européens qu’ils ne peuvent fermer les yeux longtemps sur le danger que leur font courir à eux aussi leurs amis saoudiens et qataris !
Ce que les wahhabites feront des peuples "arabes" en révolte, ils le feront aussi, tôt ou tard, en Occident ; car tel est le vœu du fondateur de cette funeste doctrine : « wahhabiser » le monde entier par tous les moyens, violence comprise ; et éradiquer définitivement tous les mécréants (entendez par là ceux qui refuseront le wahhabisme) ! C’est une mission divine, prétendent-ils !

Or derrière les attentats spectaculaires du 11 septembre 2001, les services secrets américains ont découvert que les saoudiens étaient bien impliqués, par le nombre de terroristes de nationalité saoudienne ou ayant un passeport saoudien, mais aussi par le financement des attentats perpétrés sur le sol américains dont celui du 11 septembre qui fut un électrochoc pour les occidentaux ... mais pas suffisant semble-t-il pour leurs dirigeants !
Depuis, les saoudiens et leur frère ennemi l'émir du Qatar, ont changé de stratégie : ils financeront et soutiendront les islamistes « étrangers » pour les aider à prendre le pouvoir dans leurs pays respectifs et les leur soumettre en wahhabisant leurs peuples. Pour cela, le « printemps arabe » va leur donner l’occasion rêvée d’étendre leur hégémonie sur les républiques en révolte : Tunisie, Egypte, Libye, Bahreïn, Yémen, Syrie, … et d’essayer de déstabiliser ceux qui ne le sont pas encore : Algérie, Mali, Niger … pour rejoindre les pays tombés déjà entre leurs griffes où le wahhabisme fait rage : Afghanistan, Pakistan, Soudan, Somalie …   

Et voilà comment notre Tunisie d’obédience malékite, c'est-à-dire tolérante, pacifiste, pratiquant l’exégèse permanente voulue par le Coran et ne donnant aucun pouvoir à un clergé autoproclamé de réguler la foi des tunisiens, va tomber dans le salafisme des islamistes wahhabites des "Frères musulmans" au pouvoir, connu pour son intolérance, son dirigisme et sa violence au point de heurter nos traditions religieuses par leurs comportements ostentatoires et leurs tenues vestimentaires d'importation saoudienne qui font injure aux tenues traditionnelles des tunisiens (la jebba) et des tunisiennes (le safsari, la lahfa, la foute, la tagrita….).

C’est aux tunisiens de faire barrage au wahhabisme envahissant et liberticide, comme l’avaient fait avant eux leurs arrières grands-parents ! Car il heurte la longue tradition tunisienne. Sous couvert de religion, les salafistes font de la politique; et le wahhabisme dont ils se servent, n’a aucun fondement divin mais résulte uniquement d’un combat humain pour le pouvoir. Derrière les partis islamistes se cache une volonté d'hégémonie du Qatar et de l'Arabie sur notre pays. C’est le néocolonialisme pseudo religieux auquel il est du devoir de tous les patriotes tunisiens de résister !

Jusqu’où les EU et l'UE laisseront-ils aller les Frères musulmans ?
Les agressions perpétrées contre l'ambassade américaine à Tunis, ainsi que la violation des ambassades américaines dans les pays arabes, seront-elles l’électrochoc pour Obama qui lui fera changer de politique de tolérance envers les islamistes pour leurs choisir les partis démocrates et progressistes ?
Vont-ils enfin se décider à les soutenir puisque malheureusement ces pays en révolte ne peuvent réussir seul leur révolution sans une intervention étrangère ? Et tant qu’à faire, il serait temps que les démocrates occidentaux soutiennent les démocrates « arabes » et mettent en échec l’interventionnisme des pétro monarques obscurantistes ; que les chefs d’états occidentaux cessent leur double langage qui indigne tant leur jeunesse … et qu’ils appellent un chat un chat !

Les progressistes démocrates tunisiens désespèrent de voir les démocraties à leur coté !
Seuls, ils ne pourront pas grand-chose contre des pétro monarques arrogants dont les pétrodollars font sortir du néant des partis islamistes tel que « Nour » en Egypte … arrivé en deuxième position aux élections, faut-il le rappeler ! Ce qui risque de se produire aussi en Tunisie où l’émir du Qatar soutient Ennahdha et son concurrent le roi Ibn Saoud soutient « Hizb Tahrir », l’un et l’autre inondant de pétrodollars leurs poulains respectifs au détriment d’une opposition « pauvre » en moyens financiers, condamnant d’avance tout un peuple qui aspire réellement à la démocratie !


Rachid Barnat

3 commentaires:

  1. L'émir Khaled Ibn Farhan Ibn Saoud dénonce le systéme totalitaire des Ibn Saoud !

    http://www.youtube.com/watch?v=lehxUvGIabU

    RépondreSupprimer
  2. UN IMAM SE LÈVE POUR DÉNONCER L'OBSCURANTISME ET L'INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR DES HYPOCRITES, INCULTES, CUPIDES ET STUPIDES !

    Un Imam des Emirati dénonce les faiseurs de "fitna" que sont les pétromonarques Ibn Saoud et l'émir du Qatar et leurs prédicateurs cathodiques !
    Il interpelle les prédicateurs cathodiques qui incitent au "jihad" pour savoir pourquoi n'y vont-ils pas eux-mêmes ni leurs enfants !
    L'un d'eux a ameuté le ministre des affaires étrangères pour rapatrier son fils parti au jihad ... préférant l'envoyer étudier en Occident !!

    COMME ON AIMERAIT ENTENDRE NOS IMAMS MALÉKITES EN FAIRE AUTANT POUR RÉSISTER AU WAHHABISME ET INCITER LES TUNISIENS A RÉSISTER AUX "FRÈRES MUSULMANS" ET LEURS ACOLYTES !!

    https://www.facebook.com/photo.php?v=699998663353642&set=vb.213852351968278&type=2&theater

    RépondreSupprimer
  3. UN JOURNAL DÉNONCE L'HYPOCRISIE DES Ibn SAOUD !

    Abstraction faite de ce type de journal, n'empêche que l'article dit des vérités que beaucoup connaissent mais aussi que beaucoup de responsables politiques et de chefs d'Etat font semblant d'ignorer ... pour ne pas fâcher le roi dont la manne pétrolière comme ses pétrodollars, sont convoités par le monde entier !
    Quitte à brader leurs propres valeurs : liberté, démocratie, droits de l'homme !!

    http://www.dreuz.info/2014/06/mise-en-garde-du-ministre-des-affaires-etrangeres-saoudien-nabusez-pas-de-la-liberte-dexpression-pour-denigrer-les-religions-divines/

    RépondreSupprimer