vendredi 8 février 2013

FUNÉRAILLES NATIONALE POUR CHOKRI BELAID

Article par dans : Kapitalis



Une foule immense a voulu rendre un dernier hommage au martyr Chokri et l'accompagner jusqu'à sa dernière demeure au Jallez dans le carré réservé aux martyres de la lutte pour l'indépendance et aux grands hommes de la République.

Le police estime à 1.400.000 manifestants venus de partout et convergeant tous vers le cimetière du Jallez. 

Il est probable que le chiffre soit en dessous de la réalité. Sans parler des tunisiens qui ont manifesté dans de nombreuses villes et village de la Tunisie. 

Tous ont bravé le froid et la pluie pour accompagner un militant authentique aimé par beaucoup pour sa proximité avec les tunisiens pauvres.

Le cortège était accompagné et protégé par les militaires.
Comme l'a souhaité la famille de Chokri, aucun membre de la troïka au pouvoir n'était présent, coupable de n'avoir pas protégé Chokri Belaïd bien que Marzouki et d'autres responsable le savaient menacé de mort !
Les tunisiens découvrent la grande dame qui est derrière Chokri Belaïd : sa femme Besma Khalfaoui, avocate et militante elle aussi. Elle est restée digne jusqu'au bout. Elle a demandé à tous ceux qui veulent accompagner son mari, qu'ils le fassent dans l'ordre, le calme et la dignité. 
Et les manifestants malgré leur nombre, se sont montrés dignes calmes et pacifiques.

Dans de nombreuses villes, des tunisiens sont sortis en grand nombre pour dire leur colère au pouvoir qui a permis par son laxisme et sa connivence avec les salafistes et la pseudo "ligue de la protection de la révolution", qui n'est autre que la milice d'Ennahdha; que Chokri Belaïd soit assassiné ! Certains donnent le chiffre de 3 Millions de tunisiens au minimum sortis ce jour-là pour ses funérailles nationales.

Et comme il fallait s'y attendre, des miliciens du pouvoir, ont été déversés à proximité du cimetière pour perturber les funérailles.
Des témoins les ont vus arriver dans une camionnette et se garer derrière l'hôpital militaire, certains armés de bâtons.

Malgré les provocations, la foule est restée digne et calme.
Il y a eu saccages et cambriolages des voitures aux alentours du cimetière par les miliciens (âgés de 15 à 19 ans semble-t-il), pour imputer le désordre aux démocrates progressistes accompagnant le cortège funéraire. Les caméras juchées sur les toits filmaient leur manège qui ne dupe pas les tunisiens : on les voit par leur mouvement en groupe et en mouvement tel des moutons obéissant à un berger qui les dirige par tel portable pour créer le trouble, la panique, et le désordre ... parmi une foule immense restée imperturbable ! Les "organisateurs nahdhaouis" derrière ce cirque se sont démasqués, se sont déshonorés en ne respectant même pas ce deuil et ne sont que ridicules et indignes !Nous le savions, nous en avons une claire confirmation. 

Certains ont même caillasse le cortège funèbre.

Mais les tunisiens sont restés unis dans le calme donnant, ainsi, une belle leçon à ceux qui ne respectent même pas le deuil d'une famille. Honte à eux.

Puis Hamma Hammami a rendu un vibrant hommage à son ami et frère Chokri Belaïd.
Et la foule s'est dispersée dans le calme, prouvant une fois de plus le sens civique des tunisiens et montrant ce qu'était le peuple tunisien : un peuple civilisé !
A la différence des casseurs violents dont la police connaît de toute évidence la provenance grâce aux caméras et aux photos ..... et contre lesquels, comme d'habitude, elle ne fera rien !

 Néyrouz la fille de Chokri Belaïd arborant un tee-shirt sur lequel on lit : 
" Papa, qui sont-ils ceux qui t'ont assassiné ? "
Reposes en paix Chokri ! 
Tu peux être fier : ce soir les Chokri se comptent par milliers !
Ta fille fière de toi a dit : "Mon père a vécu en militant, il est mort en héros"
Ce que ton père dira autrement : " A la vue de la foule de Tunisiens partageant les idéaux de mon fils, j'estime que le sacrifice de mon fils ne l'aura pas été pour rien " !
Songes que ton nom est maintenant connu et respecté dans toute la Tunisie, du Nord au Sud, d'Est en Ouest, dans toutes les villes et villages. Des enfants vont naître qui, dans l'avenir qui n'existe pas encore, pendant des années et des année aimeront et respecteront ce nom d'un homme digne qui s'est battu pour ses idées et pour la liberté.

Rachid Barnat

2 commentaires:

  1. HOMMAGE DE Jean Pierre Ryf à Chokri Belaid :

    Il y a quelques mois quelqu’un sur ces pages Facebook avait mis le très beau poème de Paul Eluard sur Gabriel Peri, le résistant Français. Il avait remplacé dans le poème le nom de Peri par celui de Farhat Haced.

    Je republie aujourd’hui ce même poème en changeant aussi le nom de Peri en le remplaçant par celui de Chokri Belaïd et en sa méoire car le poème lui convient très bien.

    Songez que dans toute la Tunisie du Sud au Nord, de l’est a l’Ouest , dans toutes les villes et villages on connaît maintenant le nom de Chokri Belaïd. Des enfants vont naître qui, dans l’avenir qui n’est pas encore, pendant des années et des années, aimeront et respecteront ce nom d’un homme qui s’est battu pour ses idées :

    « Chokri Belaïd »

    Un homme est mort qui n’avait pour défense
    Que ses bras ouverts à la vie
    Un homme est mort qui n’avait d’autre route
    Que celle où l’on hait les fusils
    Un homme est mort qui continue la lutte
    Contre la mort contre l’oublie
    Car tout ce qu’il voulait
    Nous le voulions aussi
    Nous le voulons aujourd’hui
    Que le bonheur soit la lumière
    Au fond des yeux au fond du cœur
    Et la justice sur la terre
    Il y a des mots qui font vivre
    Et ce sont des mots innocents
    Le mot chaleur le mot confiance
    Amour justice et le mot liberté
    Le mot enfant et le mot gentillesse
    Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
    Le mot courage et le mot découvrir
    Et le mot frère et le mot camarade
    Et certains noms de pays de villages
    Et certains noms de femmes et d’amies
    Ajoutons-y Belaïd
    Belaïd est mort pour ce qui nous fait vivre
    Tutoyons-le sa poitrine est trouée
    Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
    Tutoyons-nous son espoir est vivant.

    Paul Éluard

    RépondreSupprimer
  2. Chokri Belaid se raconte

    https://www.facebook.com/TVN.Tunisie/videos/1112423905468801/

    RépondreSupprimer