mardi 18 février 2014

L'IDENTITÉ PLURIELLE DES TUNISIENS

Article paru dans : Kapitalis

"A ceux qui me demandent d'où je viens, j'explique patiemment que je suis né au Liban, que j'y ai vécu jusqu'à l'âge de 27 ans, que l'arabe est ma langue maternelle, que c'est d'abord en traduction arabe que j'ai découvert Dumas et Dickens et "les voyages de Gulliver", et que c'est dans mon village de la montagne, le village de mes ancêtres que j'ai vécu mes premières joies d'enfant et certaines histoires dont j'allais m'inspirer plus tard dans mes romans.
Comment pourrais-je l'oublier ? Comment pourrais-je m'en détacher ?
Mais d'un autre côté, je vis depuis 22 ans sur la terre de France, je bois son eau et ses vins, mes mains caressent chaque jour ses vieilles pierres, j'écris mes livres dans sa langue, jamais plus elle ne sera pour moi une terre étrangère. Moitié français donc et moitié libanais ? Pas du tout !!!
L'identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitié, ni par tiers, ni par plages cloisonnées.
Je n'ai pas plusieurs identités, j'en ai une faite de tous les éléments qui l'ont façonnée, selon un dosage particulier qui n'est jamais le même d'une personne à l'autre."

Amin Maalouf
Je ne comprends pas pourquoi certains s'obstinent à faire croire à l’existence d'un "monde arabe" ? Où sont passés les berbères d'Afrique du Nord, les nubiens de l'Egypte, les phéniciens, les touaregs, sans parler des noirs d'Afrique : soudanais, éthiopiens, sénégalais, maliens ..... ou asiatiques : pakistanais, afghans ...
Est-ce parce qu'ils partagent une religion commune qu'ils sont pour autant tous devenus arabes ? 

Cette appellation de « monde arabe » ou « arabo-musulman », est réductrice et trompeuse; elle n'engendre que confusion dans les esprits .... qu'entretiennent malheureusement beaucoup de médias occidentaux, par paresse intellectuelle ou par manque de culture; à moins que ce ne soit à dessein pour certains journalistes.

Pourtant la Tunisie fut terre chrétienne et même judéo chrétienne avant que les musulmans venant d’Arabie n’envahissent l’Afrique du Nord. Confond-on la Hollande avec la France parce que les deux sont de culture chrétienne ? Confond-on la Belgique avec la France parce que les deux sont francophones ? Alors pourquoi devrait-on confondre la Tunisie avec l'Arabie des Ibn Saoud, parce que les deux de culture musulmane ?  Que chaque nation soit identifiable par son histoire particulière. Autrement où sont passés nos berbères, nos ancêtres les phéniciens fondateurs de Carthage .... les romains, les byzantins ... que sont devenus les andalous ? Et les turcs de l'empire ottoman dont la Tunisie faisait partie ? Que fait-on de leur culture ? Puis les français et leur culture ? Que fait-on des tunisiens de confession juive et ceux de confession chrétienne ? Que fait-on des tunisiens agnostiques ou athées ? Il faut que les partis islamistes cessent de nous bassiner avec leur identité arabo-musulmane qui n'est qu'une supercherie électoraliste pour mieux nous placer sous la houlette de celui qu'ils espèrent installer Grand Calife de tous les musulmans : le roi Ibn Saoud !
Et pourquoi ces nostalgiques du Califat, veulent-ils d’un calife saoudien plutôt que de restaurer le calife turc puisque le dernier en date c’était celui de la Sublime Porte, dominé par les Ottomans ? Leur choix n’est-il pas monnayé par le monarque Ibn SAOUD qui rêve du titre de « Émir El Moumnin » (Commandeur des croyants) ? 

L'identité de la Tunisie est PLURIELLE : multiculturelle mais aussi multiconfessionnelle !

Que les aventuriers cessent donc de rêver à une hypothétique renaissance d’un Califat de l’âge d’or en la personne du roi Ibn SAOUD, issu d’une tribu connue pour sa violence et d’une famille de dégénérés ! Autrement quelle commune mesure lui trouve-t-on avec les dynasties Omeyyade ou Abbasside qui font rêver tant ces « romantico-nostalgiques » d’une histoire qu’ils n’ont pas vécue ? Pour cela, ils voudraient nous faire croire que l’histoire de la Tunisie commence et s’arrête à la présence arabe depuis l’invasion des Béni Hilal ! Il faut rappeler que c’étaient des hordes de bédouins arabes que les souverains moyen-orientaux au 11ème siècle pour s’en débarrasser, les ont orientées vers l’Afrique du Nord, pour réprimer les Zirides Berbères, mais aussi pour sévir, piller et transformer une région connue pour être « Le Pays Vert » ("Tounis Al Khadhra" = Tunisie, la verte) couverte de forêts, en terres désertes ou semi-désertes, par l’arrachage systématique de tous les obstacles rencontrés sur leurs chemins, à savoir les arbres et les forêts, étant eux-mêmes bédouins habitués au désert.

Les nostalgiques du Califat, veulent d’un calife comme le veut la tradition salafiste, gardien des lieux saints de l’islam. Mais cette règle salafiste veut aussi qu’il soit Quraychite, originaire de la tribu du prophète. Savent-ils que leur choix se porte sur un « gardien » qui n’est ni Quraychite et encore moins issu de la tribu du prophète ? Savent-ils aussi que c’est un usurpateur puisqu’il a chassé le Roi Hachémite, ancien gardien des lieux saints ? Et savent-ils qu’Ibn SAOUD a été installé par les américains et les anglais, contre un deal : l'exploitation du pétrole contre la sécurité de son trône ? Ou leur oubli n’aurait été que monnayé par le monarque Ibn SAOUD qui rêve du titre d' « Émir El Moumnin » ?

Les HISTOIRES OFFICIELLES, les tunisiens n’en veulent plus.  

Le tunisien est riche et fier de TOUTES les civilisations qui sont passées par son pays ! Il n’en éprouve aucun complexe envers aucune d’elles ! Elles ont toutes contribué à sa spécificité.
La Tunisie par sa position géographique et par son histoire n'a pas vocation à être rattachée au monde dit « arabo-musulman ». C'est ce qu'avait déjà compris Bourguiba qui a toujours cherché à nous rapprocher d'avantage de l'Europe avec laquelle nous avons beaucoup plus d'histoire commune qu'avec le monde dit "arabo-musulman". La Tunisie c'est Carthage, mais aussi l'empire romain qui avait façonné les deux rives de la Maré nostrum ... d'autres civilisations sont passées par la Tunisie, comme les vandales, les byzantins ... jusqu’à l'arrivée des arabes puis des andalous et des turques et enfin des français. D'ailleurs à la libération, BOURGUIBA pour marquer l'exception tunisienne, a adhéré la Tunisie à l'Organisation des Pays non Alignés pour marquer sa différence d'avec le monde dit "arabe".

Quand à l'islam, nous savons que Bourguiba le laïc, pour ne pas fâcher les traditionalistes religieux, a préféré inscrire dans la constitution que la Tunisie est une "République dont l'Islam est la religion", plutôt que d'inscrire "République islamique". Ce qui n’est pas tout à fait pareil. 

Il semble que les nostalgiques du panarabisme de Nasser ou du panislamisme n’ont pas tiré encore les leçons des échecs de ceux qui les ont voulus et les ont expérimentés pour leur peuples : Irak, Syrie, Egypte, Soudan, Libye, Yémen ... Sont-ce des exemples à suivre ? Et que dire des pays du Golfe et des richesses « du monde arabe » ? Des peuples spoliés des richesses de leur pays, dilapidées par des « princes nouveaux riches » avides et qui investissent massivement en Occident ; plutôt que dans leur pays pour éduquer leur peuple et développer sa créativité : sont-ce des modèles à suivre ? C’est un leurre que de croire que toutes ces richesses bénéficieraient aux peuples du « monde arabe ».

Le monde change et l’Histoire avance. Il ne sert à rien de ressasser le passé. Or l’époque des grands empires est révolue : tous les empires ont fini par éclater. Ce fut le cas de l’empire Ottoman comme de l’empire austro-hongrois puis de l’empire colonial anglais et de l’empire colonial français. Et tout dernièrement de l’empire soviétique. Place aux nations ! 

En ce qui concerne la double culture et la langue française qu’affectionnent beaucoup de tunisiens, il faut rappeler que l'enseignement voulu par Bourguiba a été le bilinguisme en inculquant aux tunisiens, sans complexe aucun, la culture française en plus de la culture arabe, y voyant un enrichissement pour son peuple. Certains ont maîtrisé l'arabe mieux que le français, d'autre ont fait l'inverse et bien d'autres, les deux à la fois. Alors où est le problème pour créer un ostracisme entre tunisiens ? Ostracisme entretenu par des gens complexés de l'Histoire, qui aspirent à effacer tous les acquis bourguibiens, dont : la double culture, le statut de la femme, la modernité... Il faut cesser donc avec ces complexes vis à vis de la France. 

L’éducation nationale devient schizophrène avec cette double culture mal maîtrisée par Ben ALI qui pensant couper l’herbe sous les pieds des islamistes, a décidé de revenir sur le système de la double culture instaurée par son prédécesseur en arabisant l’enseignement et en réduisant l’apprentissage de la langue française à une simple langue étrangère. 
Sauf qu’une fois arrivé au niveau universitaire, beaucoup de filière sont enseignées uniquement en français, alors que beaucoup d’étudiants ne maîtrisent pas cette langue, ce qui complique leur formation.

Cela explique par ailleurs, la baisse du niveau général des étudiants formés dans le système public.
Pour échapper à cette « paupérisation » du savoir, les plus nantis orientent leurs enfants vers des écoles et des universités privés qui ont conservé pour la plus part d’entre elles, l’ancien système qui a donné ses preuves.

Or on entend certains islamistes jeter le discrédit sur des générations entières formées dans le système éducatif instauré au lendemain de l’indépendance de la Tunisie, allant jusqu’à douter de leur loyauté envers leur pays, qu’ils vendront à l’Occident, assurent-ils ; et prétendent même qu’ils ne peuvent être fiables pour construire la Tunisie moderne !

C’est faire injure à tout un peuple et à son élite.

Que les grincheux le veuillent ou non, ils ne vont pas réécrire notre histoire en effaçant aussi notre héritage français ! Je ne vois vraiment pas au nom de quoi veut-on pénaliser les tunisiens francophones maîtrisant mieux le français que l'arabe ? Ou obliger parfois ceux qui ne maîtrisent pas l’arabe à s’exprimer dans cette langue au point de bégayer parce qu’ils ne trouvent pas leurs mots. C’est le cas dans certaines émissions de TV, où des professeurs et des intellectuels ayant fait toutes leurs études en français, sont mis en difficulté par les animateurs de ces émissions, au point de les ridiculiser et brider leurs pensées, quand ils les obligent à ne s’exprimer qu’en arabe.     

Nous sommes tous tunisiens avant tout, et ce ne sont pas des complexés de l’arabité à la saoudienne qui vont décider d'exclure les tunisiens francophones. 

Nous n’avons donc nul besoin d’inscrire dans notre constitution une identité tronquée « arabo-musulmane » en omettant notre origine berbère et tous les métissages culturels et ethniques qui ont jalonné l’histoire de notre pays. Cette revendication identitaire, n'est qu'un alibi pour les Frères musulmans et autres islamistes, qu'ils  instrumentalisent par populisme !

Comme dirait aussi le professeur Eliés Jouini à propos de l'article 1er de la constitution qu'élaborent des constituants dominés par les islamistes : « nous n'y mentionnerons pas, non plus, que nous "respirons" ! » en admettant que la majorité des tunisiens est arabophone et musulmane ! 

C’est aux tunisiens de franchir le pas, pour inscrire cette fois-ci dans notre prochaine constitution : "République LAÏQUE" ! Car seule la laïcité permet aux croyants de différentes religions, de différentes confessions, comme aux agnostiques et aux incroyants, de vivre ensemble sans que nul n’ait la tentation d’imposer aux autres la loi de sa communauté. La Laïcité, c’est ce qui sépare la foi de la loi. Les tunisiens doivent adhérer aux valeurs humanistes et universelles pour ouvrir la voie vers le progrès et l’épanouissement réel des individus, condition sine qua non du progrès.

Or le comité libyen chargé de la transition, assure préparer une constitution pour une République Laïque. De son coté le roi Mohamed VI demande une séparation du religieux de l'Etat !
La Tunisie ne peut faire moins, elle qui a une longueur d’avance en la matière, sur ce pays et bien d’autres. 

Rachid Barnat






16 commentaires:

  1. CONSÉQUENCE DE L'ISLAMISME QUE DIFFUSENT LES PETROMONARQUES DANS LE MONDE ENTIER,
    ET PLUS PARTICULIÈREMENT LES Ibn SAOUD QUI NE TOLÈRENT AUCUNE MINORITÉ EN ARABIE, NI AUCUN TEMPLE OU EGLISE ... IMPOSANT SON MODEL SOCIÉTAL A TOUS CEUX QUI DOIVENT VIVRE EN LEUR PAYS :

    Vladimir Poutine, le président russe, s’est adressé à la Douma, (Parlement russe) le 4 février 2013 et a prononcé un discours sur les tensions avec les minorités musulmanes en Russie, en déclarant :

    « En Russie, vivons Russes. Toute minorité, de n’importe où, si elle veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler le russe, et doit respecter les lois russes.
    S’ils préfèrent la Chariaa, alors nous leur conseillons d’aller aux endroits où c’est la loi du pays.
    La Russie n’a pas besoin de minorités.
    Les minorités ont besoin de la Russie, et nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux, ou n’essaierons de modifier nos lois pour répondre à leurs désirs, peu importe la force avec laquelle ils crient à la “discrimination”.
    On ferait mieux d’apprendre du suicide de l’Amérique, de l’Angleterre, de la Hollande et de la France, si nous voulons survivre en tant que nation.
    Les coutumes et les traditions russes ne sont pas compatibles avec l’absence de culture ou les moyens primitifs de la plupart des minorités.
    Quand ce corps législatif honorable pense à la création de nouvelles lois, il faut avoir à l’esprit l’intérêt national, en gardant à l’esprit que les minorités ne sont pas les Russes. »

    Commentaire lu sur FB : " A force de vouloir évacuer la nation dans sa définition la plus évidente, de vouloir en supprimer la composante identitaire pourtant évidente, on se trouve dans la situation de suicide civilisationnel évoqué par M. Poutine dans laquelle nous mènent nos dirigeants ".

    RépondreSupprimer
  2. NE PAS CONFONDRE ARABES ET ARABOPHONES !

    Certains en toute bonne fois ou pas, confondent ces deux entités et attribuent beaucoup de découvertes dans de nombreux domaines aux Arabes ...
    et déplorent qu'ils se soient endormis sur leurs lauriers, devant le constat du retard civilisationnel où se trouvent bon nombre de peuples dits "arabes" !

    Il faut rappeler que les découvertes dans les sciences, la médecine et autres technologies ... auxquels font allusion les nostalgiques de la "civilisation arabe", qu'elles le furent le plus souvent par des peuples devenus arabophones du fait de leur intégration aux différents Califats.
    Saviez-vous par exemple, que Ibn Khaldoun, le père fondateur de la sociologie moderne ... est berbère ? !

    Les arabes d'Arabie n'ont excellé que dans deux domaines :
    - le maniement de la langue,
    - et celui de l'épée !
    On leur doit un joli répertoire de poésie mais aussi des faits d'armes des plus horribles ... dont l'invasion de l'Ifriquia* par les Béni Hilal !!

    * Afrique du nord.

    RépondreSupprimer
  3. ARABOPHONES NE VEUT PAS DIRE ÊTRE ARABES !
    De même que les francophones Canadiens, Belges, Suisses, Sénégalais ... ne sont pas tous Français !!

    On ne devient pas arabe pas plus qu'on ne devient berbère : on l'est ou on ne l'est pas par ses ascendants !
    Or les tunisiens sont une mosaïque de peuples venues s'installer en Berbérie d'Afrique du Nord : crétois, maltais, siciliens, grecs, andalous, arabes, turcs, balkaniques, russes, français ....
    N'en déplaise aux pan arabistes et aux pan islamistes de tous poils, qui voudraient "démarrer" l'histoire officielle de la Tunisie avec l'invasion par les Béni Hilal venus d'Arabie !!
    C'est donc une supercherie que de faire croire que les tunisiens, du fait qu'ils soient arabophones, cela fait d'eux des ARABES !
    D'ailleurs, cela ferait rire les arabes d'Arabie qui méprisent tout ce qui n'est pas arabe pure souche ! Leur obsession de la pureté a fait d'eux des dégénérés, tellement ils sont consanguins !!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Berbères

    RépondreSupprimer
  4. Le Pr RACHID : L'Histoire ... et l'histoire officielle de l'Afrique du Nord !

    https://www.youtube.com/watch?v=AZ9izo8HSqY#t=771

    RépondreSupprimer
  5. LA GÉNÉTIQUE CONFIRME CE QUE LES TUNISIENS SAVENT DEPUIS TOUJOURS : qu'ils ont une identité plurielle !!

    http://www.harissa.com/news/article/g%C3%A9n%C3%A9tiquement-les-maghr%C3%A9bins-ne-sont-pas-des-arabes#comment-2317

    RépondreSupprimer
  6. Le Pr Yiadh Ben Achour met en garde contre l'exploitation de l'identité arabo-musulmane par les constituants que domine les Frères musulmans nahdhaouis !
    Certains des articles de la nouvelle constitution sont fascisants !

    https://www.facebook.com/video.php?v=1500027300247843&set=vb.100007217625148&type=2&theater

    RépondreSupprimer
  7. LES JUIFS TUNISIENS : faut-il rajouter au mythe du juif errant, celui du juif migrant malgré lui ?

    Bourguiba comme Mohamed V du Maroc et contrairement à Gamel Abdel Nasser, n'ont pas persécuté leurs ressortissants de confession juive et encore moins ne les ont contraint à l'exil !

    Si les juifs ont quitté la Tunisie et le Maroc, c'était pour d'autres raisons ... souvent économique ou sociales. Mais c'était aussi leur choix : Ils voulaient conserver le standing "français" auquel ils sont parvenus grâce au décret Crémieux et beaucoup ont fait le choix de la France.

    En migrant, ils n'ont fait que suivre les français auxquels ils ont fini par s'identifier quand ceux-ci en masse avaient quitté la Tunisie et le Maroc pour cause ... d'indépendance !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cret_Cr%C3%A9mieux

    https://www.facebook.com/T3TunisieMusulmaneJuiveEtChretienne/photos/a.635833963113019.1073741827.611428992220183/965519703477775/?type=1&fref=nf&pnref=story

    RépondreSupprimer
  8. CERTAINS ME DEMANDENT POURQUOI LES GUILLEMETS POUR : les "arabes", les "arabo-musulmans" ...

    Le vocable admis par les occidentaux et par leurs médias (par manque de culture, ou par paresse ou par ignorance ... à moins que ce ne soit intentionnel, pour plus de confusion !), est de mettre un tas de peuples sous ce label fourre-tout : « peuples arabes » ou « peuples arabo-musulmans » ... qui englobe des peuples qui n’ont en commun que l’islam (et souvent même pas de la même obédience), ou la langue arabe, ou les deux .... mais dont l’histoire, l'origine ethnique, la culture et la géographie les distinguent les uns des autres !

    Alors que le terme « arabes » ne doit concerner que les peuples de la péninsule Arabique, ceux du Golfe compris !!

    D’où les guillemets pour rappeler sans cesse cette absurdité langagière.

    RépondreSupprimer
  9. A propos de la langue française, Kateb Yacine la considère comme un butin pour les colonisés... au même titre que toutes les cultures qui ont traversé l'histoire des berbères.

    RépondreSupprimer
  10. LES RUSSES "BLANCS" ONT ÉLU DOMICILE A BIZERTE DERNIÈRE ESCALE DU NAVIRE DES IMMIGRANTS FUYANT LE COMMUNISME ...

    Les bizertains les avaient adoptés et beaucoup se sont installés définitivement en Tunisie et plus particulièrement à Bizerte où certains se sont mariés avec des tunisiens ... ajoutant au melting-pot pot tunisien une note russe !

    A une époque où Bizerte n'avait pas encore de vétérinaire, c'était une dame âgée russe faisant office de SPA, qui a bien voulu me soigner mon Boby accidenté !

    http://www.france24.com/fr/20091222-s-danastasia-chirinsky-derni-re-exil-e-russe-bizerte

    RépondreSupprimer
  11. LES FRÈRES MUSULMANS VEULENT TOUT UNIFORMISER :
    - wahhabiser la religion,
    - arabiser la langue et la culture des peuples !

    Pour parfaire la colonisation arabe par les petromonarques !!

    " En réalité, ce n’est pas la "daridja" (le dialecte) qui dérange, mais l’algérianité en elle-même.
    " Elle tourmente des lobbies conservateurs et islamistes hostiles à cette diversité culturelle de notre pays.
    " Ils ne veulent pas que l’Algérien soit conscient de sa singularité linguistique et culturelle parce qu’il verra s’ouvrir devant lui d’autres portes que celles qui mènent à la culture mystico-religieuse, fonds de commerce de ces lobbies.

    http://www.courrierinternational.com/article/algerie-arabe-classique-ou-dialecte-le-debat-senflamme

    RépondreSupprimer
  12. SUIVONS L'EXEMPLE DE MALTE

    Rachid Merdassi​ :
    Suivons l'exemple de Malte qui a tranché en faveur de sa langue nationale en abandonnant l'italien.
    C'est la seule langue sémitique des 24 langues européennes, dérivée de l'arabe sicilien (plus proche du dialecte tunisien qu'autre chose).

    Cette langue a été dotée d'un alphabet et d'une grammaire au début du 20e siècle et devenue avec l'anglais les 2 langues officielles.

    L’Afrique du Nord n'est pas arabe mais assimilée de force à la langue et à la culture arabes il y a 14 siècles; alors que son histoire remonte à 30 siècles au moins !

    La Ministre algérienne vient de toucher à un tabou, n'en déplaise aux islamistes, ce qui va lancer un débat, longtemps occulté, sur notre vraie identité et notre devenir, nous autres africains du nord.

    http://www.courrierinternational.com/article/algerie-arabe-classique-ou-dialecte-le-debat-senflamme

    RépondreSupprimer
  13. NIDAA TOUNES VEUT ARABISER ENCORE PLUS L'ENSEIGNEMENT !
    Cela devient obsessionnel chez certains qui se veulent plus arabes que les arabes d'Arabie !


    RépondreSupprimer
  14. UNE EXPO, POUR LES FAUSSAIRES DE L'HISTOIRE ...

    Ceux qui voudraient faire "démarrer" l'histoire de la Tunisie, avec les Arabes, pour nous bassiner à longueur de discours que la Tunisie est "arabo-musulmane" ... et nous fourguer le model sociétal des pétromonarques et le fonde : le WAHHABISME !

    C'est à dire aux pan-arabistes et aux pan-islamistes pour lesquels l'histoire de la Tunisie démarre avec l'invasion des Béni Hilal ... et qui se poursuit par celle des nouveaux Béni Hilal, que sont les pétromonarques exportant leur wahhabisme que les Frères musulmans veulent imposer aux tunisiens en lieu et place de leur malékisme ancestral et du soufisme introduit par les ottomans et leurs Bey; le mariage des deux ayant forgé l'identité tunisienne !
    Pour faire des Tunisiens des "arabo-musulmans" uniquement; alors qu'ils sont le produit de 3000 ans d'histoire faite de mélange de peuples et de cultures !!

    Jean-Pierre Ryf :
    ·
    Un pays qui se réconcilie avec son histoire, toute son histoire, est sur le bon chemin.
    L'ignorance et la dissimulation ne servent à rien sinon à se voiler la face.

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/09/a-tunis-une-exposition-reveille-l-histoire-precoloniale-du-pays_5046481_3212.html

    RépondreSupprimer
  15. Saloua Guiga nous rappelle toutes les femmes de notre pays qui ont contribué à sa construction.

    Je suis Elyssa qui a fondé Carthage au 9ème siècle avant J.C,

    Je suis Sainte Perpétue de Tébourba 1ère femme écrivaine du 3ème siècle,

    Je suis La kahéna qui a fait face aux conquérants venus d'Arabie au 7ème siècle,

    Je suis Aroua la berbère kairouanaise qui a imposé la monogamie au mari venu d'un orient polygame au 9ème siècle,

    Je suis Saïda Aïcha Mannoubia qui a arraché sa liberté au patriarcat rétrograde, pour vivre librement sa spiritualité et assister aux cours de théologie de Belhassen Chedly au 13ème siècle,

    Je suis Aziza Othmana, princesse mouradiya qui a mis ses biens habous pour construire l'Hôpital Aziza Othmana, libérer les esclaves et aider les démunis au 17ème siècle,

    Je suis la militante anticolonialiste B'chira Ben Mrad(1913-1993), Nabiha Ben Miled (1919-2009), Tawhida Ben Cheïkh devenue 1ère femme médecin en 1934 et honorée après sa mort par la mairie de Paris avec la création d'un centre de santé à Montreuil appelé " Centre Tawhida Ben Cheïkh ",

    Je suis Habiba Menchari qui au cours d'une conférence à Tunis en 1924, réclame publiquement la suppression du voile, et joignant l'acte à la parole se découvre le visage et ôte le voile.

    Je suis toutes ces femmes et plusieurs autres qui ont crié depuis 3000 ans : non ! à la soumission ! Puis à tous les malades mentaux qui s'insurgent contre la liberté des femmes et leurs droits, nous disons toutes : nos droits ne sont pas un cadeau, notre histoire millénaire nous défend, notre présent nous soutient et l'avenir est avec nous !

    L'essentiel est dans la coalition de toutes les forces progressistes, contre la régression, pour la liberté et la démocratie.

    Femmes tunisiennes progressistes de notre pays, unissons-nous !

    RépondreSupprimer
  16. LES AFRICAINS DU NORD, DES ARABES ?

    Une chimère doublée d'une grosse supercherie !

    Philippe Conrad reçoit Bernard Lugan, pour son ouvrage intitulé :
    « Algérie, l’histoire à l’endroit ».

    Algérie, où les archives ottomanes brisent le roman d'une histoire tronquée par quelques uns :
    - Qu’est ce qu’il en est réellement de cette période algérienne au delà de la période de la colonisation ?
    - Qu’est-ce-que l’Algérie et quelles sont ses origines historiques ?

    Bernard Lugan répond en 10 points précis à l’ensemble de ces questions.

    https://www.youtube.com/watch?v=s4x8CrSCuog

    RépondreSupprimer