jeudi 18 mai 2017

Les Tunisiens, sont-ils mûrs pour la démocratie ?

Les tunisiens sont-ils assez mûrs pour mériter la démocratie ? Ce n'est pas si sûr quand on voit la place qu'ils accordent lors des consultations électorales aux Frères musulmans, qui sont dogmatiquement anti-démocrates et contre les libertés individuelles. Tout comme les turcs qui viennent d'accorder démocratiquement au Frère musulman Erdogan, de restreindre leurs libertés individuelles.
Comme quoi, ce que disait Bourguiba de la démocratie, se vérifie : qu'un peuple ne peut accéder à une réelle démocratie qu'une fois qu'il aura été instruit et cultivé, pour prendre conscience de son rôle de citoyen responsable ! 
R.B 
Résultat de recherche d'images pour "photo bourguiba habib"
La démocratie selon Bourguiba

Voilà ce qu'il en disait le 26 Avril 1966 :

L’histoire est riche en exemples où la démocratie a dégénéré en anarchie, où la règle démocratique est devenue loi de la jungle. C’est que le dévouement, la probité, la compétence sont des qualités rares, notamment dans les pays sous-développés marqués par des siècles de décadence et où la plus grande partie du peuple vit encore dans l’obscurantisme.

Le sentiment patriotique n’est pas suffisant pour créer les conditions de la démocratie. Il faut à l’homme de l’expérience, de la compétence et de l’envergure pour pouvoir agir avec sagesse. A fortiori, s’il assume le destin de toute une nation ; notre souci fondamental est de construire une nation capable de vivre au rythme de son siècle, en lui insufflant le dynamisme nécessaire et en lui donnant les moyens de progresser. Mais tant que les conditions ne sont pas remplies, instituer un régime de démocratie absolue serait hasardeux. Cela reviendrait à confier la construction d’une maison à un profane qui ignore tout de la technique du bâtiment et de l’architecture …

La responsabilité du pouvoir est une affaire trop grave pour être livrée à des individus sans compétence ni expérience. Pour prétendre à la direction d’une nation, un minimum de connaissance théorique et d’envergure intellectuelle est nécessaire. L’homme d’Etat doit faire preuve de discernement et se montrer capable d’agir dans le sens d’intérêt général. Il doit savoir dominer les problèmes et prévenir, par une démarche prospective, les conséquences de ses décisions…

Pour préparer l’avenir, il faut créer les conditions de la démocratie authentique, en élevant le niveau du peuple, notamment les cadres, et en développant leur conscience politique. A la tête de chaque institution et de chaque organisation, des hommes d’envergure doivent être placés. Partout les responsables doivent être placés. Partout les responsables doivent être à la hauteur de leurs responsabilités. Ainsi, la nation sera-t-elle à l’abri de l’aventure et des convulsions. L’anarchie ne s’installe dans un pays que si les cadres supérieurs sont divisés. Aussi, l’éducation politique et civique, qui fut et demeure le principe fondamental de mon combat, concerne-t-elle l’ensemble du peuple.

Si le civisme et la maturité sont l’apanage de la majorité, la loi du grand nombre agira dans le sens de la démocratie. La promotion de l’homme est le fondement d’une démocratie authentique, car elle assure le triomphe du bon sens et de la raison, mettant en échec quiconque prétendrait de la démagogie …

Le problème de la démocratie dans les pays du Tiers-Monde mérite de plus amples développements. L’essentiel, c’est d’avoir continuellement présent à l’esprit que la promotion de la démocratie doit se faire progressivement, sans précipitation ni démagogie, car la démocratie implique responsabilité. 

Sans responsabilité, la démocratie engendre des abus, source de régression. 

Ainsi, notre souci majeur est-il de préparer l’avènement de la démocratie, en développant chez tous les citoyens les vertus de probité et d’altruisme. 

Lire aussi : 


Bourguiba ce grand homme méconnu par son peuple et méprisé par les arabes


Hommage à Bourguiba, par Raja Farhat



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire