jeudi 26 juillet 2012

PREMIER BILAN DU PRINTEMPS ARABE


A l'occasion de la fête de la république (25 juillet) , la question qu'on peut se poser, c'est si c'est la dernière; puisqu'il est dans le projet de Ghannouchi d'intégrer les tunisiens à la Oumma, concept plus large supranational où la nation tunisienne disparaîtra au profit d'un califat cher à tous les islamistes ... utopistes. 


TUNISIE :
- premier pays à faire sa révolution
- révolution faite par des jeunes sans chef ni parti
- les islamistes récupèrent la révolution 
- les islamistes arrivent au pouvoir grâce au soutien du Qatar
- président non islamiste mais fantoche; président effectif un islamiste 
- premier ministre islamiste
- gouvernement pléthorique, à majorité islamiste 
- 80 ministres : record que même la chine n'a jamais connu, 
- critère de recrutement des ministres et des hauts responsables 
parents, amis, anciens prisonniers sans aucune compétence, recrutés dans le parti islamiste dominant la troika ! 

EGYPTE
- deuxième pays à faire sa révolution
- révolution faite par des jeunes sans chef ni parti, mais avec la durée, les islamistes se mêleront à la révolution 
- les islamistes récupèrent la révolution 
- les islamistes arrivent au pouvoir grâce au soutien du Qatar pour les Frères Musulmans et de l'Arabie pour le parti Nour
- président islamiste
- premier ministre un technocrate, non islamiste
- gouvernement de technocrates 
- critère de recrutement des ministres et des hauts responsables 
l'élite compétente sans appartenance aux partis

LIBYE
- troisième pays à faire sa révolution
- révolution faite par des jeunes sans chef ni parti, mais avec la durée, les islamistes se mêleront à la révolution 
- les islamistes tentent de récupérer la révolution avec l'appui du Qatar
- le front des progressistes fait barrage aux islamistes
- chef de gouvernement, un laïc progressiste
- gouvernement de technocrates
- critère de recrutement des ministres et des hauts responsables 
l'élite compétente

BAHREÏN
- Leur révolution a très vite été étouffée sous les chars saoudiens

YÉMEN 
- Les saoudiens tentent d'avorter leur révolution
- faite par des jeunes sans chef ni parti, mais avec la durée, les islamiste se mêleront à la révolution 
- Les saoudiens empêchent tout changement du système et des hommes

SYRIE
- faite par des jeunes sans chef ni parti, mais avec la durée, les islamistes se mêleront à la révolution 
- Russe + Chine s'opposent l'ingérence du Qatar + Arabie au service des USA
- révolution devenue une guerre civile
- pays à feu et à sang

Les tunisiens qui étaient les leaders en de nombreux domaines, vont-ils se laisser confisquer leur révolution par des monarques craignant pour leur trône la contagion révolutionnaire chez eux ?
Vont-ils se laisser régresser et adopter le système politique que veulent leur imposer ces monarques, qui est le wahhabisme ? 

Aujourd'hui c'est la fête de la République. Serait-ce la dernière ?


Car Ghannouchi ne partage avec les tunisiens ni :
- la notion de Nation, ni
- la notion de République.
Deux concepts chers à Bourguiba, grâce auxquels il a pu construire la Tunisie nouvelle et l’ancrer dans le modernité. 

Rachid Banat


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire